Fév 26, 2013 efficacité professionnelle 6 avis

PEDAGOGIE: 3 astuces pour gagner du temps

comment gagner du temps en pedagogie

Au cours de mes différentes expériences de professeur puis de formatrice, j’ai pu mesurer à quel point il était important de faire évoluer sa pedagogie pour faire gagner du temps aux apprenants.

Depuis que je dispose de connaissances approfondies en PNL (Programmation neuro-linguistique), j’utilise avec délectation des outils qui me permettent de gagner en efficacité et en confort dans les apprentissages.

 

Je vous présente dans cet article 3 astuces que j’utilise dans toutes mes interventions.

1ère astuce en pedagogie: la précision et la justesse du langage

La précision du langage, c’est comme avec la ponctuation, un rien peut changer le sens:

gagner du temps en pedagogie

crédit photo: ww2.ac-poitiers.fr

Par exemple, vous savez certainement que les personnes sont bien plus que leur comportement. Qu’est ce que cela signifie?
J’entends très souvent des personnes dire « je suis nul » lorsqu’elles se trouvent face à une difficulté qui leur parait insurmontable.
L’utilisation du verbe être touche donc directement à l’identité de la personne. A force de se répéter ce type de phrase, elle va finir par le croire! Une croyance limitante peut s’installer progressivement et générer un blocage parfois très important.
Dès que je repère ces attitudes concernant la dévalorisation de soi, je recentre immédiatement l’attention sur un savoir faire ou une compétence à acquérir. Et là, ce n’est plus du tout le même verbe qui est utilisé.

La question à poser est alors:

– qu’est ce que tu ne sais pas? en référence à une connaissance / compétence à acquérir, ou
– comment peux-tu faire pour apprendre ceci ou cela?
Lorsqu’une difficulté apparaît, j’identifie rapidement quel est le niveau logique concerné (selon la pyramide de R. Dilts), afin d’ajuster mon langage.
Je gagne ainsi un temps fou en proposant une intervention adaptée. Dans l’exemple cité, agir directement sur l’identité est délicat, et nécessite une très bonne connaissance de la personne concernée.

2ème astuce en pedagogie: Susciter une émotion positive.

Donner l’envie d’apprendre est souvent une clé importante pour marquer les esprits.
Rappelez-vous: combien de fois vous êtes vous ennuyé à l’école car le prof n’avait pas réussi à vous intéresser à ce qu’il vous racontait? Rester attentif et mémoriser des connaissances nécessite alors beaucoup plus d’énergie, et de temps.
Pour susciter une émotion positive, il y a plein d’astuces, en voici 2:

– sortir du contexte habituel, changer d’environnement.

Vous avez sans doute pu expérimenter à quel point les enfants apprennent plus vite lors des sorties pédagogiques, c’est tellement plus motivant que de rester assis pendant des heures devant un tableau!
Et bien avec les adultes, c’est pareil. Lorsque j’organise des séminaires, je choisi des lieux avec la possibilité de pratiquer des exercices en extérieur. Je n’aime pas rester enfermée toute une journée, alors je crée toujours 1 ou 2 occasions par jour pour changer de contexte.

– installer une croyance aidante

Un jour, j’ai entendu un formateur présenter un chapitre en disant à peu près ceci: « Aujourd’hui, nous abordons un chapitre très important, ce n’est pas facile du tout à assimiler, il y a une liste de 40 thèmes à traiter, c’est long et fastidieux. Même moi je n’aime pas du tout cette partie du cours, mais on est obligé de la faire ».

Je me souviens encore être restée bouche bée en entendant cette présentation et j’ai regardé autour de moi: bonjour l’ambiance! Rien de tel pour mettre le moral de tous les stagiaires à 0, même les plus motivés.

Alors sans tomber dans l’excès inverse, ni dans l’exagération, c’est souvent très simple d’avancer une idée plus positive ou rassurante comme:

 » C’est normal de ne pas tout comprendre tout de suite, mais progressivement avec les exemples, vous allez maîtriser puis utiliser ce concept… »

Voici un autre exemple que je pioche dans mes loisirs. Lorsque notre prof de danse nous présente une nouvelle chorégraphie, voilà ce qui est le plus efficace dans son discours. Tout en effectuant la démonstration, elle commente tout simplement en disant: ce pas, on connait, celui-ci aussi, on enchaîne sur truc, comme dans la danse bidule, ect… et à la fin: vous connaissez déjà tout, c’est fastoche! Résultat: le groupe est déjà convaincu qu’il sait faire! Magique non? Et en quelques minutes, la danse s’apprend sans effort, en gagnant du temps simplement en s’appuyant sur les acquis.

3èmeastuce en pedagogie: Proposer un feed-back constructif

Pour commencer, j’ai rayé le mot « erreur » de mon vocabulaire. Dans tous les apprentissages, il est utilisé à tord et à travers pour chaque évaluation proposée.

 » J’aurais tant aimé que mon instituteur remarque que sur 100 mots de ma dictée, j’en avais orthographiés correctement 95, au lieu de me donner un zéro à cause des fautes sur les 5 mots restants  » explique Jacques Salomé.

Parler d’erreur ou de faute a tendance à provoquer une émotion négative.

Parler d’expérience réalisée permet plus facilement d’envisager une suite et de maintenir la motivation pour atteindre un objectif.

Comment proposer un feed-back constructif? (littéralement retour d’expérience)
Voici les 3 parties qui le composent, selon la technique du sandwich:

1. décrire les points forts en parlant à la première personne, et en se basant uniquement sur des faits observables.

par exemple: dans ton exposé, j’ai relevé ces 2 points X et Y, expliqués à l’aide de schémas, tu as réussi à donner toutes les informations importantes en respectant le temps imposé, ect…..

2.  le cœur du feed-back:

Sans émettre de jugement ni reproche, suggérer ce qui pourrait être amélioré. Inutile de faire une longue liste, car le cerveau ne peut pas tout retenir.

Pour être efficace et permettre de gagner du temps dans les apprentissages, une bonne stratégie consiste à ne proposer que les 2 ou 3 pistes de progrès les plus importantes.

Celui que reçoit le feed-back oriente alors son esprit vers la recherche de solutions qui lui permettront de progresser plus rapidement.

3. terminer par une appréciation globale du travail effectué et surtout sur une formulation positive!

En respectant ces 3 parties, l’effet positif est garanti!

Les 3 astuces proposées dans cet article sont utilisables dans tous les domaines. J’en livre davantage dans les formations que je propose aux formateurs, professeurs concernant les stratégies d’apprentissage.

Découvrez notre programme de formation de formateur

Alors si vous êtes formateur, éducateur, animateur, ou si vous avez vécu des expériences intéressantes et originales, partagez-les dans les commentaires ci-dessous.

Cet article vous a plu? Vos amis peuvent-être intéressés, alors partagez!

Pour recevoir les prochaines parutions en priorité, ainsi que votre premier cadeau, indiquez ci-dessous à quelle adresse je vous les envoie.

Termes de recherche

  • astuces pedagogiques